-Une organisation en amont
-Les témoins et leurs discours
-Un officiant de confiance pour tout vérifier
-Les clefs d’un beau discours (écrire son discours de marié(e) ou de témoin)

Partons du principe que des discours sont prévus au programme et pendant ta cérémonie personnalisée !

Il y a plusieurs formes de discours  : le discours des témoins et le speech des mariés. Il y a également l’animation de l’officiant si vous prévoyez une cérémonie personnalisée : si tu as choisi un proche non professionnel pour assumer ce rôle, lui aussi devra être à la hauteur. Ce moment étant censé rester dans les mémoires comme un instant top et inoubliable, voici des conseils pour éviter les flops ! Car oui, si certaines règles ne sont pas respectées, l’ambiance peut vite tomber à plat. Ce serait tellement dommage…

Une organisation en amont

Première chose : S’OR-GA-NI-SER ! L’improvisation  n’a rien à faire là. Il faut que les discours soient écrits à l’avance et que chacun connaisse son rôle.  Un mariage n’est pas une pièce de théâtre. Aussi, les orateurs soumis au stress de devoir parler en public doivent :

-avoir  leur texte sous les yeux sans s’imposer du par coeur (avec de l’entraînement, le rendu sera naturel)

-avoir un temps de parole limité et réparti de façon équitable.

Les risques à éviter  :

-Si personne n’a son texte sous les yeux, c’est porte ouverte au stress, aux balbutiements, aux hésitations, aux blocages et dans le pire des cas à l’improvisation avec quelque chose de complètement différent de ce qui était prévu.

-S’il n’y a pas de limite de temps de parole, les discours s’éterniseront (ou seront trop succincts), l’émotion s’étiolera et les intervenants auront toutes les chances de perdre l’attention des invités avant même le démarrage de l’échange des voeux avec ta moitié. Par ailleurs, qui dit retard dit décalage des horaires sur tout le reste de la journée.

Mes conseils :

-pas plus de 5 à 7 minutes de discours par témoin avec un débit de parole « normal » (les mariés ont droit à 10 minutes chacun grand maximum)

-de l’AN-TI-CI-PA-TION (on organise tout en amont)

-pas plus d’1 heure pour ta cérémonie globale !

Les témoins et leurs discours

Le choix des témoins orateurs est important. Il faut :

-qu’ils soient capables de parler en public (et ce n’est pas donné à tout le monde donc inutile de forcer quelqu’un qui ne serait pas à l’aise dans cette mission).

-qu’ils soient proches des mariés. Cette parenthèse semble logique mais j’ai vu tellement de couples faire des concessions à ce sujet et ne pas choisir LA personne qu’ils auraient voulu entendre ce jour-là ! Il faut que les témoins approuvent totalement le mariage, qu’ils apprécient le conjoint car ils vont parler de vous, d’anecdotes qui donnent des informations sur la personnalité de l’un et de l’autre. Ils vont vous donner leur bénédiction à travers une complicité évidente. Bref, ils doivent s’émouvoir sincèrement de ce moment.

-qu’ils ne soient pas plus de quatre (deux du côté du marié et deux du côté de la mariée car au-delà, la cérémonie risque d’être trop longue et les invités de décrocher).

Pour que tout se déroule correctement, notamment lors d’une cérémonie laïque, il est impératif d’en prévoir le déroulé. En tant que mariés et organisateurs, il faut donc penser à communiquer ses attentes que ce soit auprès de ses témoins ou de sa moitié pour que tout le monde soit d’accord sur :

le style de discours attendu

le type de langage employé (éviter le langage familier)

le temps de parole imparti à chacun

le contenu, qui doit rester centré sur le mariage et les mariés. Qu’a-t-on envie d’entendre ? Une lecture de textes ? Des citations ? Des anecdotes ? Un ressenti plus personnel ? Il faut donner des pistes et créer une homogénéité entre les discours de chacun. Par exemple, si les témoins ne lisent que des poèmes pendant 15 minutes, la monotonie risque de gagner l’atmosphère. Il faut également bien préciser qu’on souhaite éviter les maladresses du style « tableau de chasse du marié » ou souvenirs d’enfance énoncés par ses parents avec « pipi, caca » explicatifs…C’est également l’occasion de prévenir : de l’humour oui, mais énumérer les défauts des mariés, non. On n’est pas là pour régler ses comptes !

En tant que mariés, il n’est pas possible de tout contrôler. Par exemple, il est absolument hors de question d’avoir lu à l’avance les discours de ses témoins ou d’assister à des répétitions avec lecture des textes. L’effet de surprise serait gâché et aucune émotion n’en ressortirait le jour J !

Un officiant de confiance pour tout vérifier

Future mariée, si tu es comme moi et si tu aimes déposer ton veto sur tout, il y a une solution. Tu vas pouvoir le faire via ton officiant ! Tu vas devoir le choisir avec le plus grand soin ! Pour l’organisation de ma cérémonie, j’ai sélectionné quelqu’un de sérieux, à l’écoute de nos attentes et ayant envie de nous faire plaisir. Pourquoi j’ai opté pour un proche plutôt qu’un professionnel ? Pour moi, l’officiant doit remplir plusieurs fonctions. Il doit :

être un interlocuteur privilégié et disponible pour les mariés et pour les témoins

savoir s’exprimer à l’écrit et à l’oral

être organisé

respecter les choix des mariés (par exemple, en tant que mariée, c’est moi qui ai écrit le déroulé et les textes d’animation de la cérémonie tout autour des discours qu’il s’agisse du texte d’ouverture de la cérémonie, du « qui parle à quel moment », des citations à lire pour l’échange des voeux…avec un peu de liberté histoire que l’officiant adapte le tout à son  vocabulaire et qu’il ait tout de même une place pour exprimer ce qu’il souhaite ajouter)

être honnête (lors de l’organisation de ta cérémonie, tu vas avoir besoin d’un avis extérieur et donc de son point de vue)

rassembler les discours de chacun, les relire et repérer les redites qui pourraient être faites (si deux discours font allusion à la même anecdote ou au même trait de caractère du marié par exemple, ce peut être gênant). J’ai demandé à mon officiant de vérifier les maladresses (tout n’est pas toujours bon à dire à un mariage), de vérifier la longueur…C’est également lui et le seul qui a eu les discours des mariés entre les mains, d’une part pour vérifier la cohérence de tous les textes rassemblés mais aussi pour contrôler le contenu et nous rassurer. L’officiant est un peu le cobaye qui a toutes les cartes en mains avant le jour J et qui te donne son avis sur ce que tu as écrit. S’il est ému à la lecture de ton écrit,  c’est bon signe.

connaître les mariés car c’est un réel gain de temps. Tu n’as pas besoin de lui expliquer qui vous êtes et ce que vous attendez de long en large et en travers. De plus, être « mariés » par un proche a été pour moi une évidence parce qu’il savait de qui il parlait et que son émotion était palpable.

Les clefs d’un beau discours (je parle de l’écriture des discours des mariés mais les témoins peuvent aussi s’en inspirer)

L’objectif de cet échange, c’est partager son émotion. Ce sont les mots que tu adresses à ta moitié et qui vont être entendus par tes invités. Le conseil le plus précieux que je pourrais te donner est le suivant : du romantisme oui, mais tomber dans un effet gnan-gnan, non ! Comment faire ? 

Evite de faire une liste sans fin de ses qualités, de longues généralités bourrées de métaphores « il est beau, gentil, fort, brillant » si elles ne sont jamais assimilées à une histoire ou à un trait de personnalité marqué de ta moitié. Cela sonne creux et ne donne pas vraiment d’information sur le sujet du jour si ce n’est dépeindre un tableau à l’eau de rose. Le résultat pourrait vite ressembler à un extrait de Blanche Neige tel « Un jour, mon prince viendra… ». Tes invités risqueraient de trouver cela cucul la praline et ennuyeux.  Je te conseille vivement de jeter un oeil à : De l’art et la manière de faire un discours de mariage que je trouve très instructif et qui fait une liste des flops à éviter.

Pour faire un joli discours, de quoi as-tu besoin ? (et c’est valable aussi pour les témoins)

Je te conseille :

-d’aller à l’essentiel (rien ne sert de parler pendant une demi-heure)

-d’expliquer votre rencontre et ton ressenti (tous tes invités ne connaissent pas votre histoire – quant aux témoins, il est utile de vous présenter et d’expliquer qui vous êtes)

-de décrire les traits de caractère qui te plaisent chez ta moitié en les illustrant d’anecdotes

-de te moquer de lui (tu peux ! Mais à toute petite dose et avec subtilité car le but est de rire et non de le ridiculiser)

-de faire de l’humour

-de parler avec ton coeur du passé, du présent et des projets à venir  (c’est tout ce que tu as envie de lui dire qui doit sortir ce jour-là)

-de rappeler ce qu’il a fait pour toi jusqu’ici et la manière dont tu le perçois

-de glisser quelques citations

-de lire un petit poème si tu en as envie

-d’aborder tes aspirations pour vous deux.

En gros, il faut mêler différents types de discours (narratif, explicatif, descriptif…) sans s’embourber dans une lecture de textes impersonnels. Le but est de te mettre à la place de ton interlocuteur et de tes invités pour en mesurer les effets. Il faut communiquer avec eux et non leur imposer un cours magistral.

Lorsque tu écriras tes voeux, pense à avoir un mot pour tes invités et pour les absents.

Pour entendre un beau discours, encore faut-il qu’il soit audible ! Micro obligatoire si le lieu ne résonne pas !

Ensuite, n’hésite pas à t’entraîner à la lecture et à te mettre en situation plusieurs fois devant ton miroir ! Cela te permettra de prendre du recul sur ce que tu as écrit, de penser à bien articuler en évitant de bafouiller et de gérer ton émotion (les larmes seront sûrement au rendez-vous). Appuie sur le chronomètre et ce sera bien parti !